Prévention : l’Etat et les médecins-dentistes suisses font-ils le maximum?

Prévention : l’état et les médecins-dentistes suisses font-ils le maximum ?

« Près de 80% des maladies qui touchent la population sont non transmissibles. Leur survenue ou leur gravité peuvent être diminuées par un mode de vies saine et un environnement adéquat… (…) C’est sur cette base que se fonde toute politique sanitaire digne de ce nom : partant de données scientifiques, elle donne des recommandations permettant à chacun de se préserver des grandes maladies biologiques des corps. Et elle cherche en même temps à créer une démarche équitable, autrement dit visant la santé pour tous. »  Daniel Balavoine, Planète santé # 25, Edito de mars 2017.

Il n’en va pas autrement pour la santé buccodentaire. Toutes les études scientifiques démontrent que la carie dentaire est provoquée par la transformation des sucres alimentaires en acides par les bactéries de la flore buccale.

En découlent les 4 piliers de la prévention :

  1. Contrôle et diminution de l’apport en sucre dans l’alimentation : sans sucres, pas de caries !
  2. Abaissement de la concentration de bactéries de la flore buccale en appliquant des mesures d’hygiène adéquates.
  3. Renforcement de l’organe cible, la dent, par l’apport régulier de fluorures :
  • Emploi exclusif de sel de cuisine fluoré et iodé
  • Nettoyage quotidien des dents avec des dentifrices fluorés
  1. Contrôles réguliers par l’équipe du cabinet dentaire : les médecins-dentistes suisses, par leur société faîtière, la SSO, sont les acteurs importants dans la prévention des maladies bucco dentaires : ils ont soutenu l’installation des premières écoles d’hygiénistes dentaires et sont toujours responsables de la formation des assistantes en prophylaxie. Le recours aux compétences des hygiénistes dentaires et des assistantes en prophylaxie est maintenant considéré comme un standard pour les cabinets dentaires en Suisses

Ainsi, tout est en place pour que la prévalence de la carie dentaire soit maintenue à un très bas niveau en Suisse. « En donnant une valeur très importante aux facteurs que l’individu peut influencer, le système de prévention lui confère aussi une forme accrue de responsabilité morale de bonne gestion de son « capital-santé » ». ibidem

C’est tout ce système de prévention que les initiatives cantonales pour une assurance dentaire obligatoire mettent en péril. En comparaison internationale, (certains pays qui nous entourent ont des systèmes d’assurance dentaire obligatoire), les faits sont clairs : le système de prévention des maladies bucco-dentaires  suisse est celui qui donne les meilleurs résultats.